Gandi #fail

Voilà la deuxième fois que je suis impacté par le manque de sérieux de Gandi

La première fois, je n’en avais pas parlé parce que c’était pendant la période « Beta » de leur service de VPS. J’avais « juste » perdu l’intégralité du serveur sur lequel j’avais bossé tout un Week-End… Mais j’avais eu 1 mois gratuit soit 12€ à l’époque!! Houa, ça me fait une belle jambe. Encore une autre et j’aurai pu marcher. Bref, fin de l’histoire, c’était une Beta, donc rien à dire (il faut dire que perdre 3 disque dans un RAID6, c’est vraiment pas de bol).

Ce qui est arrivé en début de mois par contre est impardonnable, et les dédommagements proposés sont limite insultants. Comme résumé sur ma notice identi.ca:

« gandi: explosent leur serveur mail, perdent tous les mails de leur clients, incapables de remonter bckp, et les gestes com. sont dérisoires »

Pour recadrer l’événement dans son contexte, j’ai migré mi novembre le nom de domaine du club nautique dont je suis le responsable informatique, de 1and1 à Gandi. Chez 1and1, on payait 26€ par ans pour le nom de domaine, 15 boîtes mails avec 5Go de stockage, et un hébergement PHP/MySQL pour le site du club. J’ai bougé chez Gandi parce que j’y ai créé le serveur virtuel de l’association où tournera le futur logiciel de gestion des adhérents, Project-1901, pour un budget annuel de 300€ environs par an.

Il y a donc eu une longue conduite du changement auprès des responsables des sections de mon association qui utilisent ces boîtes mail, pour leur expliquer pourquoi on migrait, comme Gandi c’était super bien, et comme il fallait qu’il me fassent confiance, etc. J’en ai même profité pour leur démontrer les avantages du protocole IMAP, bien meilleur à mes yeux que le POP3. Première grave erreur

Comme je ne souhaitait pas me prendre la tête à créer un serveur de messagerie pour le moment, j’ai décidé de profiter des 5 boîtes mail proposées par Gandi avec le dépôt de nom de domaine. La messagerie est un service complètement central dans nos vie numériques aujourd’hui, et j’ai préféré m’appuyer sur la sécurité que représentait le service de Gandi. Seconde grave erreur.

La suite se résume à un échange de mail affligent. Voici donc le premier mail reçu le 30 novembre à 20h07:

Cher client,

Ce matin à 10h une alerte a remonté un problème de corruption sur une unité de stockage qui héberge la/les boites emails ci-dessous.

Malgré nos efforts sur la journée, nous n’avons pas moyen de nous assurer de l’intégrité du contenu de votre boite ou que son contenu ne soit pas mélangé avec le contenu d’une autre boite.

L’incident a été causé par un problème matériel de contrôleur disque que nous avons pu identifier et corriger.

Concernant votre boite mail, elle est de nouveau disponible mais vierge de tout contenu si vous y accédiez via notre webmail ou via le protocole Imap. Les mails non délivrés aujourd’hui le seront dans la nuit.

Enfin, nous avons offert 1 mois de souscription gratuit à tous les client ayant souscrit au pack Gandi mail.

Au nom de toute l’équipe Gandi, je tiens sincèrement à vous présenter nos excuses pour cette regrettable première et nous vous invitons à consulter notre service clientèle si vous rencontrez encore un problème.

Je dois avouer que j’ai du relire le courriel plusieurs fois pour réaliser ce qu’ils étaient en train de me raconter… « On a perdu tous vos mails, désolés, hein… ». Vérification faite, on était pas le première avril, pas de blague douteuse donc. Je me connecte aux boîtes… vides. Sueurs froides, noms d’oiseaux… Bien évidement le « reply » sur le mail ne fonctionne pas, il faut passer par le support. J’essaie de garder mon calme et le lendemain 1er décembre à 10h:

En réponse à votre communication d’hier sur l’incident mail:

L’ensemble des boîtes que vous mentionnez (x,y,z…) sont utilisée en IMAP. Nous sommes un club sportif de plus de 1000 adhérents, et ces boîtes sont utilisées pour la relation avec ces derniers, l’organisation des compétitions, etc.

La perte des courriels qu’elles contenaient n’est pas une option. Je vous demande donc par le présent courriel de bien vouloir procéder aux opérations de récupération via vos systèmes de backup le plus rapidement possible.

En vous remerciant pour votre compréhension,

Cordialement,

La réponse à 18h20:

Bonjour,

Merci pour votre retour.

Malheureusement, le problème matériel que nous avons rencontré a également, à notre grand regret, impacté nos sauvegardes

Sachez que sis nous pouvions récupérer vos emails, nous n’aurions pas hésité une seconde, mais ces données étant complémentent corrompues, aucune restauration n’est envisageable.

Notez que nous regrettons sincèrement cette situation indépendante de notre volonté, nous avons mis tous les moyens possibles pour minimiser l’impact de cet incident, malheureusement, sans succès.

Nous vous présentons une nouvelle fois toutes nos excuses pour les désagréments occasionnés.

Nous restons bien évidemment à votre disposition pour toute demande d’information complémentaire que vous souhaiteriez obtenir.

Cordialement,

Je réponds le 2 décembre à 12h00:

Bonjour,

J’ai eu du mal à convaincre le conseil d’administration de notre association de vous faire confiance, en ouvrant un serveur virtuel chez vous pour héberger notre site institutionnel ainsi que nos outils de gestion.

J’ai transféré le nom de domaine, et les boîtes mail qui vont avec récemment. Il est inutile je pense de vous décrire la panique qui règne ici suite à votre défaillance, et l’état de la confiance qui vous est accordé.

J’attends de votre part un geste fort, sachant que le renouvellement annuel de notre serveur virtuel est prévu pour mars.

Leur réponse, à 18h

Bonjour,

Nous comprenons votre situation.

A titre exceptionnel, nous vous offrons la gratuité du Pack GandiMail associé au nom de domaine jusqu’à sa date d’expiration soit au xx/xx/2011.

Notez que nous regrettons sincèrement cette situation indépendante de notre volonté, nous avons mis tous les moyens possibles pour minimiser l’impact de cet incident (perte des emails), malheureusement, sans succès. Nous vous présentons une nouvelle fois toutes nos excuses.

En espérant avoir répondu à vos attentes

Cordialement

En gros, ils m’offrent la moitié d’une option à 2 euros, que j’ai même pas prise!. Ma réponse à 22h:

Bonjour,

Sauf erreur de ma part, les fonctions de boîte mail dont nous nous servons sont celles inclues avec le nom de domaine cnhc.fr, c’est à dire 5 boîtes physiques et 1Go de stockage (volatile?). Il me semble donc que votre offre n’est pas applicable.

Le renouvellement gratuit pour 1 ans de nos 2 parts de serveur virtuel me semble plus en adéquation avec la gravité de la situation.

Cordialement,

Et là, le lendemain à 10h18, c’est le drame:

Bonjour,

Justement, notre offre vous permettra de créer jusqu’à 1000 boites mail (alors que vous étiez limitée à 5 boites gratuites)

Nous ne pouvons donner une suite favorable a votre demande de gratuité sur un autre service que celui qui a été impacté par l’incident.

Nous regrettons cette situation.

Cordialement

Le final à 10h33:

Bonjour,

Je trouve regrettable que vous ne puissiez donner suite à ma demande. En tant que responsable informatique dans le milieu professionnel comme associatif, je trouve que si votre défaillance de service peut être comprise, votre incapacité à remonter des sauvegardes, même partielles, ainsi que l’insignifiance des gestes commerciaux proposés en conséquence sont tout simplement inacceptables.

Je m’occuperai bien entendu de la publicité de cette affaire.

Cordialement,

Pour référence, voilà le post qu’ils ont publié sur leur site. Soit ces gens là ne saisissent pas l’importance des données gérées, soit ils cherchent à en minimiser les conséquences. La conclusion est simple: ne pas compter sur eux, ils ne sont pas fiables.

Quelque part ça m’a servi de leçon. Je ne peux pas me permettre pour le moment de migrer à nouveaux nom de domaine et serveur virtuel, j’ai autre chose à faire. Par contre, j’ai bien verrouillé les backup du serveur virtuel, et je prépare la mise en place du serveur de messagerie dessus.

Je pense qu’à la première occasion, je partirai. Et en attendant je raconte mon histoire à qui veut l’entendre dans le milieu pro comme dans le milieu associatif. Sans vouloir exagérer mon influence, je pense qu’ils ont perdu bien plus que l’année de location du serveur virtuel qu’ils auraient du, à minima, me proposer.

Sitting FFMC à La Défense

Mercredi dernier était organisé un pique-nique moto à La Défense. En résumant rapidement, nous voulions montrer, à l’occasion de la prochaine réunion de concertation entre le gouvernement et les représentants de deux-roues motorisés, l’attachement des usagers de deux-roues motorisés à leur propre sécurité et à des mesures réellement efficaces pour la sécurité routière.

A cette occasion, j’ai été interviewé par un journaliste de Moto mag. Je ne sais pas si tout ou parti de cette interview sera publiée dans le prochain numéro (auquel cas je ferai une mise à jour de cette publication), mais me voilà bien présent sur le site de motomag.

Ce n’est jamais facile d’expliquer nos revendications. Soit c’est envers un public acquis d’avance et ça ne sert pas à grand chose, à savoir les conducteurs de 2RM, soit c’est envers les autres dont le jugement est bien souvent biaisé pour 3 raisons principales.

L’arbre qui cache la forêt

C’est une généralité, je pense, dès que l’on parle d’un groupe d’individus, quels qu’ils soient: le comportement d’une minorité occulte celui de la majorité. Comme certains usagers de 2RM ont tendance à généraliser le comportement de quelques automobilistes, le comportement de quelques 2 roues plus visible que les autres masque le respect envers les autres que témoignent la majorité des motards.

Dans les comportements qui nous font du mal, on peut citer, en vrac, le bruit (faire gueuler son moteur la nuit en ville), les gestes, appels de phare et autres coup de klaxon lors des remontées de file, une vitesse excessive en ville (ne jamais confondre excès de vitesse et vitesse excessive, hein, on est pas encore des machines)…

A tous ceux qui exacerbent ces comportements, je demande simplement d’ouvrir le yeux et d’être réellement attentifs à la masse silencieuse.

Méconnaissance du 2RM

Souvent, avant d’expliquer pourquoi on est contre une mesure, pour une proposition, il ne faut pas oublier d’expliquer ce que nous sommes. Malheureusement, toutes les explications du monde ne vaudront jamais l’expérience de quelques tours de roues, mais il faut au moins prendre conscience que nos interlocuteurs ne peuvent tout simplement pas comprendre complètement notre point de vue. A minima, il faut au moins réussir à leur faire prendre conscience de cet état de fait.

Médias et dialogue avec un militant

Le 2 roues est un moyen de transport plus dangereux que la voiture. C’est ainsi, et par « construction », on est pas ici pour le nier, qui le peut? Comme la voiture est un moyen de transport plus dangereux que le train, qui est plus dangereux que l’avion. La plupart d’entre nous en sont bien conscient, peu importe celui qui avait tord ou raison, à la fin, celui qui est mort, c’est souvent le motard.

Est-ce une raison pour stigmatiser cet état de fait jusqu’à associer motard et inconscient? Il y en a pourtant des comportements qu’il serait bon de stigmatiser davantage dans les médias. Mais le motard fou, ça fait vendre et les lobbies industriels ne sont sans doute pas assez puissants…

Même si aujourd’hui on a bien plus à se méfier des médias que des militants, puisque au moins ces derniers assument et affichent leurs « objectifs de manipulation », les gens sont par défaut peu enclins à se laisser influencer par des arguments d’un militant. Je trouve que c’est une contradiction remarquable: aujourd’hui plus on est militant, moins il est facile de convaincre. Les médias traditionnels nous manipulent de manière éhontée, et la plupart des gens se laissent faire. N’est-ce pas plus franc que de discuter avec une personne qui ne cache pas ses objectifs et ses convictions? C’est tellement plus enrichissant et vrai, à partir du moment bien sûr où ça ne tourne pas au dialogue de sourd…

Subjectivité?

On peu bien évidemment contester cette analyse produite par un motard, militant de surcroît, et on aura sans doute raison. Il faut bien cependant que les différents acteurs se parlent, et se comprennent. Pour cela il faut que ceux qui ont des revendications comprennent le jugement « à priori » des autres, en gardant son calme, en reformulant, en adaptant le discours et en évitant de se justifier en fustigeant autrui. Les « autres » pourraient alors prendre conscience de leurs préjugés et autres opinions, pour élever le débat.

C’est loin d’être évident, mais possible. Sauf à avoir en face un membre de l’association contre la violence routière ou assimilé, la discution est possible et enrichissante, pour tout le monde.

Mes revendications

Il faudrait que je prenne le temps de détailler, documenter et développer chacune d’entre elles (dans des prochains messages peut-être?), ne serait-ce que pour éviter les écueils d’incompréhension dont je viens de parler… Tant pis je prends le risque de penser que les lecteurs attendront ces hypothétique nouveaux messages, ou mieux consulteront le site de la FFMC, de motomag ou les dossiers de la FFMC.

Remontée des files

Les 2 roues remontent les files de voiture, principalement en périphérie des grande agglomérations françaises. Oui les voitures jouent le jeu dans leur très grande majorité. Oui c’est moins dangereux que de se retrouver en sandwitch entre 2 voitures dont les conducteurs téléphonent, se maquillent, lisent le journal, se curent le nez,… jouent parfois de la pédale de frein de manière chaotique. Oui ce serait mieux si c’était enseigné pendant le permis moto, et une sensibilisation faite pendant le permis voiture. Oui il faudrait que ce soit encadré par des règles simples (toujours entre dernière et avant dernière voie, priorité aux voitures qui changent de file, différentiel de vitesse approprié, etc…). Bref, oui il faudrait que ce soit légalisé.

Contrôle technique

Moins de 1% des accidents de 2 roues sont dus à l’état du véhicule. Arrêtons les effets d’annonce et d’enrichir inutilement le secteur privé. Pourquoi raconter en permanence des salades aux gens pour la simple raison que cela correspond à leurs préjugés? Comme disait Coluche:

Ils voudraient qu’on soient intelligents, et ils nous prennent pour des cons, mais comment on ferait alors???

Limitation à 100ch

Voilà une exception française dont on se passerait bien. Regardons simplement autour de nous, partout en europe, le constat est simple: le bridage des motos à 100ch en France ne sert qu’aux assurances: moto remise conforme aux spécifications d’origine constructeur(débridée donc) = pas de prise en charge en cas d’accident, même non responsable. Bravo.

On se retrouve avec une Suzuki 600 GSX-R avec le même nombre de chevaux qu’une Honda Goldwing. Cherchez l’erreur.

Largage de lien en vrac #3

Les liens et commentaires postés sur mon compte identi.ca:

Participer activement au débat LOPPSI avec la Quadrature du Net

C’est une bonne initiative, et j’y ai répondu avec plaisir en envoyant un livret au député de mon département, Philippe Houillon. Voilà le message que j’ai joint à l’envoi:

Monsieur,

Habitant du Val d’Oise et Informaticien de formation, c’est parce que je comprend les enjeux fondamentaux qui se cachent derrière certains articles de la prochaine loi « LOPPSI » que je me permet de vous interpeller, et vous communiquer le document ci-joint.

En espérant que vous saurez trouver le temps de le parcourir, je me tiens à votre disposition au xx.xx.xx.xx.xx pour répondre à vos éventuelles questions.

En comptant sur vous pour faire les bons choix lors des débats parlementaires, où j’espère avoir le plaisir de vous suivre

Pirate?

J’entre dans la cuisine, où la radio est allumée depuis le matin. J’ai pris l’habitude d’avoir ce fond sonore, et la pluspart du temps, je n’y fait pas vraiment attention. C’est France Info, et les différents reportages bouclent souvent. Une partie de mon oreille reste quand même en alerte pour attirer mon attention sur une information nouvelle.

Ce filtre automatique m’alerte quand le présentateur parle de pirates… En effet en cette periode (triste) de loi Hadopi, je suis à l’affut de la moindre information.

Je concentre donc mon attention, et j’entend les mots « otages », « intervention armée », « mort »…. Diantre!!! Nous en sommes donc là? Mais que s’est-il passé? Un fanatique de la musique libre peut-être? Après avoir constaté les réactions fortes, mais toujours virtuelles, des partisants anti-hadopi, je me dis que nous avons bien vite basculé dans l’autre extrême!

Puis mon esprit remonte l’incohérence des informations reçues, et ses conclusions un peu rapide… Quelques secondes d’audition plus tard, l’information se révèle être une « vraie » attaque de « vrais » pirates, sur l’océéan, impliquant des bateaux… Bref, un acte de piraterie.

Tout ceci pour appuyer sur la dangerosité de l’emploi du terme pirate dans le domaine du téléchargement illégal. Qu’on ne s’y trompe pas, c’est bien des associations d’diées, conscientes ou inconscientes, qui ont été recherchées par les premiers qui ont employé ce terme. Qu’une personne en colère ai des mots qui dépassent sa pensée, on peut le comprendre. Mais que de tels mots aient été relayés par les medias sans la moindre précaution, ce n’est pas nomal. C’est de la désinformation, tout simplement.

Lettre surprise de la DGCCRF: continuez le combat!

J’ai été assez surpris de découvrir, il y a quelques jours, une lettre de la DGCCRF qui à mon avis incite à mots couverts de continuer les procédures. J’ai recopié cette lettre ci-dessous, mais il me semble important de dire tout d’abord où j’en suis avec cette histoire. J’ai deux sentiments contradictoires.

J’ai tout d’abord un sentiment de lassitude: je trouve que les choses n’avancent pas assez vite dans ce pays, et que le combat est et restera marginal tant que l’état ne se décidera pas à faire appliquer la Loi. Les dangers qui guettent notre facette numérique future passe très largement au dessus de la tête de la plupart des gens. Seuls les gens initié perçoivent un peu le danger. Ensuite, plus près des préoccupations liées à l’achat d’un nouvel ordinateur portable, s’assurer de sa compatibilité avec Linux est un vrai chemin de croix. Il y a bien sûr des sites comme TuxMobil qui tentent de référencer la compatibilité différents portables, mais il est rare d’en trouver des récents, or ce sont bien les récents qui s’étalent aujourd’hui dans les boutiques. Le défaut d’affichage précis des composants interdisant toute recherche en amont de l’achat. Il existe aussi des sites spécialisés dans la fourniture de matériel « certifié Linux », comme le site de vente en ligne Keynux par exemple. Mais à configuration égales, les tarifs sont supérieurs à ce que l’on peut trouver ailleurs avec Windows pré-installé. Plus simplement, on peut dire que la question n’est pas là: ne pas afficher les prix avec et sans logiciels ne permet pas de comparaison valable. Enfin, j’ai maintenant 2 petits bonshommes à la maison, et le premier aillant plus de 2 ans, il s’intéresse beaucoup au différents logiciels ludo-éducatifs du marché, lesquels ne fonctionnent bien évidemment que sous Windows, et j’ai moi-même entrepris d’apprendre l’espagnol, et la encore les meilleures méthodes « électroniques » sont compatibles uniquement avec Windows.

J’ai ensuite un profond sentiment d’injustice. À la relecture du paragraphe précédent, je me rend bien compte que je tombe dans le piège que je dénonce depuis si longtemps. Je commence à m’enfermer. Bien sûr mon portable, si je l’achète avec Windows, sera en dual boot, avec Linux par défaut. Il est inconcevable pour moi de recommencer à travailler sous Windows, mon expérience sous Linux n’ayant cessé de décupler les possibilités qui s’offrent à moi, et surtout de rester en ligne avec mes convictions profondes sur le monde numérique de demain. Mais il y aura quand même un Windows supplémentaire comptabilisé. Je me met 2 minutes à la place des directions d’éditeurs de logiciels ou de fabricants de matériels sur PC, et je comprends que, compte tenu du marché, leurs logiciels ne sortent que pour Windows. Un joli cercle vicieux en somme. A ce titre, et l’intervention de l’état pour donner une chance aux alternatives se faisant attendre, je pense que les technologies cross-platform (le web en général, JAVA qui vient de se libérer) constituent notre meilleure chance.
Je dois donc avouer que je suis sur le point d’acheter un Dell, avec Windows pré-installé (Vista en plus… 🙁 ). Il faudra vraiment que je prenne le temps d’écrire une réponse à la DGCCRF pour exprimer ma déception de consommateur, et ma préoccupation grandissante au sujet de notre monde numérique de demain. Une société privée qui détient 95% d’un marché, ce n’est pas bon. Aujourd’hui, c’est 95% des PC grand public, mais demain ? 98% des téléphones portables, des PDA, des consoles de jeux, des équipement d’accès à l’information, des logiciel de communication, des système embarqués dans les automobiles ? J’ai peur de le dire, d’Internet ? Que serait Internet aujourd’hui si il avait toujours été sous la houlette d’une et une seule entreprise privée ? Que seraient les pages web, les mails ? Ce qui se passe aujourd’hui avec la messagerie instantanée n’augure rien de bon.

Bref, avant de me jeter par la fenêtre, voici la lettre de la DGCCRF

Monsieur,

Par courrier du 4 décembre 2006, vous m’informez que vous avez décidé d’obtenir un micro-ordinateur dépourvu de système d’exploitation, ou de déduire le prix des logiciels prè-installés sur le matériel de votre choix.

A cette fin, vous avez adressé un courrier au fournisseur auprès duquel vous envisagez d’effectuer cette acquisition, afin qu’il vous communique un prix séparé pour chacune des 2 composantes, matérielle et logicielle, de l’ordinateur qui vous convient.

Par courrier du 17 décembre 2006, vous m’informez qu’en l’absence de réponse du commerçant sollicité, dans le délais de quinze jours, vous lui avez adressé une lettre en recommandé avec accusé de réception pour confirmer votre requête.

Par ailleurs, j’ai bien noté que l’analyse actuelles de la commercialisation des micro-ordinateurs, que je vous ai exposé dans mon courrier du 4 octobre 2006, ne rencontrait pas votre complète adhésion.

C’est précisément parce que les consommateurs sont de plus en plus nombreux à souhaiter choisir leurs logiciels, et notamment leur système d’exploitation, que j’ai entrepris, au cours des derniers mois, de rechercher avec les acteurs de ce marché, les solutions qui permettraient de donner satisfaction à tout l’éventail de ces demandes.

Dans ce contexte, la détermination des consommateurs, que vos courriers me permettent d’apprécier, ce dont je vous remercie, représente un atout non-négligeable.

Je vous prie d’agréer, Monsieur, l’expression de ma considération distinguée.

La Sous-Directrice, Claudine S.

Première Réponse de RueDuCommerce

Le 20/12/2006, RueDuCommerce m’a contacté par téléphone au sujet de ma « recherche d’ordinateur portable ». N’étant pas disponible au moment de l’appel, la personne m’a laissé un message, m’indiquant qu’elle allait m’envoyer un courriel, ce qu’elle à fait. En voici le contenu:

Cher client,

Je vous remercie pour votre courrier.

Vous souhaitez acquérir un Aspire 9423WSMi dont les différents logiciels ne peuvent malheureusement pas être dissociés puisque installés directement sur cet ordinateur par son constructeur.

Les grands constructeurs d’ordinateurs portables ne proposent pas encore ce type de produits fournis sans logiciels intégrés. Cependant, nous nous battons sur le sujet pour que les choses changent.

Ainsi, conscient de cette problématique et militant de cette cause, RueDuCommerce a été le premier grand site internet à mettre en vente depuis plusieurs mois une large gamme de portables dépourvus de système d’exploitation, dans l’intérêt du consommateur.

Vous pourrez les retrouver à ce lien : http://www.rueducommerce.fr/Ordinateurs/3-Ordinateur-Portable/m6692-RUEDUCOMMERCE.htm

RueDuCommerce souhaite toute votre satisfaction.

Je vous souhaite une excellente journée et reste à votre entière disposition.

A ce jour, je n’ai toujours pas répondu. Si on suit le lien donné, on trouve en effet un choix d’ordinateur portables proposés sans OS, mais cela ne correspond toujours pas à ma demande pour les raisons suivantes:

  1. Aucun ne répond à tous mes critères de choix, en particulier un écran de 17″ minimum. Les écrans 15″ proposés ont cependant une résolution maximale supérieure à celle de l’Aspire.
  2. Celui qui m’intéresserais le plus est accompagné du logiciel « Splinter Cell ». Il y a donc là encore vente liée
  3. A matériel équivalent, le prix est supérieur

Je compte donc informer assez vite mon interlocuteur chez RueDuCommerce que la réponse formulée à mon égard ne me convient pas. Je dois cependant avouer que je suis sensible aux efforts produits par RueDuCommerce pour proposer des ordinateurs « nus », mais il est clair que tant que ces configuration afficheront des pris supérieurs pour des configurations équivalentes, elles ne rencontreront pas un franc succès auprès du public…

Deuxième demande de tarif ordinateur « nu » à RueDuCommerce

Quinze jours après mon premier envoi, je n’avais toujours pas reçu de nouvelles de la part du RueDuCommerce. Il était peut-être naïf de ma part d’espérer avoir des nouvelles sans envoyer le courrier en recommandé avec AR. C’est donc ce que j’ai fait le 17 décembre 2006, avec le contenu suivant:

Je vous ai envoyé un courrier il y a 15 jours, et je dois dire que je suis particulièrement déçu de ne pas avoir reçu de réponse de votre part. Voici donc cette même lettre, envoyée cette fois-ci en recommandé avec AR, me permettant, en cas de non réponse de votre part dans un délais de 15 jours, de saisir de ce problème la juridiction compétente.

Je suis un client régulier et globalement satisfait de RueDuCommerce, et lorsque j’ai voulu acquérir un ordinateur portable, je me suis tout naturellement connecté sur votre site.
Mon choix s’est porté sur un portable de marque ACER référencé sur votre site par: “ACER Portable Aspire 9423WSMi_CGF2012 – Intel Core 2 Duo T5500 (1,66 GHz) – Ecran 17,1 », et que l’ont peut trouver à l’adresse internet suivante: « http://www.rueducommerce.fr/Ordinateurs/Ordinateur-Portable/Ordinateur-Portable-Grand-Public/ACER/390905-Portable-Aspire-9423WSMi-CGF2012-Intel-Core-2-Duo-T5500-1-66-GHz-Ecran-17-1.htm »
Ce portable est proposé au prix de 1154,20€, mais il est vendu avec les logiciels suivants dont je n’ai pas besoin:

  • Windows XP Edition Media Center
  • Acer Launch Manager
  • Acer Arcade
  • Acer Empowering Technology
  • Acer GridVista
  • Adobe Acrobat Reader
  • NTI CD Maker
  • CyberLink Power Producer
  • Norton AntiVirus

Il n’y a pas d’option sur votre site pour acheter l’ordinateur nu, sans ces logiciels préinstallés, et avec un tarif correspondant à l’ordinateur seul.
Je souhaite donc par la présente, conformément à l’article L122-1 du code de la consommation, que vous me communiquiez le prix des licences de ces logiciels (prestation de service), afin de pouvoir les déduire du prix total affiché sur votre site, et me permettre ainsi d’acheter l’ordinateur seul (produit).

Une copie de cette lettre est envoyé à la DGCCRF (DGCCRF, 59, boulevard Vincent Auriol, 75703 Paris cedex 13) ainsi qu’à “Que Choisir” (Sandra Woehling, UFC Que Choisir – 233, boulevard Voltaire – 75 011 Paris.). Je vous informe, par la présente, que toute communication concernant cette affaire pourra être rendue publique.

En attendant une réponse de votre part dans un délais de 15 jours avant de saisir de ce problème la juridiction compétente, je vous prie d’agréer, Madame, Monsieur, l’expression de mes sentiments distingués.

J’ai envoyé une copie de cette lettre à UFC Que choisir:

Je vous ai envoyé il y a 15 jours la copie d’une lettre que j’ai envoyé à la société « Rue Du Commerce » afin de pouvoir acheter un portable en vente sur leur site sans logiciels préinstallés.

N’ayant pas reçu de réponse de leur part pendant 15 jours, je leur ai envoyé de nouveau le courrier (que vous trouverez ci-joint) en lettre recommandée avec AR.

Je profite de ce courrier pour vous remercier de l’action que vient de déclencher UFC Que Choisir concernant ce problème de vente liée, et j’espère que mon témoignage vous permettra d’étoffer encore votre dossier (lequel doit déjà être à ne pas en douter déjà conséquent 😉 ). Je vous souhaite de réussir, nous sommes beaucoup à placer beaucoup d’espoir dans cette procédure.

Avec votre accord, je me permettrais de continuer à vous tenir informé de l’avancement de ma procédure.

J’ai aussi envoyé une copie à la DGCCRF.